top of page

La colonisation, crime-brûlot !

Dernière mise à jour : 13 mai 2023

Par DR. Stéphanie Melyon Reinette sociologue et artiviste

Photo : Jay Skyler

 




La colonisation est-elle un partage de culture comme a pu le dire Fillon ou un crime contre l'humanité comme le précise Macron ?




Question absconse au vu des circonstances. Car comment donner du crédit à la parole d’un homme politique ? On les sait démagogues et pourtant on s’accroche à leurs palabres comme à paroles d’Évangile, puisqu’elles sont les promesses d’une société en perpétuelle mutation, et que son amélioration est en jeu. L’avenir est le pari que font ces hommes avec les électeurs chaque quinquennat : quel avenir puis-je vous offrir ? Il faut alors séduire. Dissiper les nuages. Pour remporter des voix électorales. Pour arrondir les angles, adoucir les cœurs et contrôler les appétits d’autonomies, récolter des âmes dans les anciennes colonies ! Oups, le mot est lâché et les châtiments ne se feront sûrement pas attendre.


La colonisation ne serait pas un crime contre l’humanité pour les pieds-noirs d’Algérie ? Ce serait un partage de cultures selon Fillon ? Ôtons-nous d’un doute immédiatement : le mot « partage » implique qu’il y ait actions consenties et équitables. Il n’y a eu aucune répartition juste des r/apports entre les colons et les colonisés, quels qu’ils soient. Évidemment, les sociétés issues de ces colonisations sont des hybrides qui ont été soit nucléées par la force – on parlera d’assimilation, voire d’assimilation antagoniste – soit des syncrétismes forgés dans les violences – parlons de créolisations. L’Afrique illustre bien le premier cas, les Antilles le second. 



© G. Dascher, couverture d’un cahier scolaire, 1900.


Les pieds-noirs étant descendants d’Européens majoritairement Français, installés à partir de 1830 en Algérie pour en faire une colonie de peuplement, et l’Algérie, avant sa départementalisation, ayant un statut de protectorat plus proche de celui de la Corse que de celui des colonies, ne peuvent accepter d’être assimilés à des colonisateurs tortionnaires… Coloniser un pays n’aurait aucune conséquence sur les populations autochtones ? C’est sans doute pour cette raison que l’Algérie déclara la guerre pour son indépendance… Mais qu’implique un crime contre l’humanité ? Bien qu’il n’y ait pas de définition unanimement adoptée, retenons que la liste des crimes de droits communs considérés comme portant atteinte aux droits humains fondamentaux commis ‘dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique dirigée contre toute population civile’ énoncent le meurtre, l’esclavage, la déportation, l’emprisonnement abusif, la torture, les abus sexuels, la persécution de masse, l’Apartheid, etc. comme critères descriptifs. La colonisation a été à la fois le prétexte, l’outil et la conséquence d’un système de pratiques généralisées à l’Europe entière, sur un continent entier voire une région du monde (Asie, notamment pour le Portugal), contre des peuples civilisés (donc populations civiles) et primitivisés par le regard de leurs envahisseurs. Les abus perpétrés dans les comptoirs, les pillages du Continent sont innombrables et inextinguibles depuis lors. Les rapts de millions d’Africains et les abus sexuels vécus par des millions de femmes noires ne sont-ils pas la manifestation d'un système qui perpètre quotidiennement des crimes contre l'humanité ?



Le génocide est avéré, et depuis la Loi Taubira, le mot colonisation semble être une injure, offensant les Français droitistes bien-pensants. Songeons à tout ce que les hommes politiques font en Afrique : ils viennent apporter l’électrification, raconte cette élue face à un Passi hors de lui… Une nouvelle corde à l’arc de la dépendance, du paternalisme et de la Françafrique. Macron n’utilise pas le terme " crime contre l’humanité " avec conviction ou érudition. Non seulement parce qu’il n’y croit pas lui-même, mais encore parce qu’il ignore ce que ce concept implique. Nous sommes ici face à de la pure démagogie et des discours entièrement manipulés… 

Posts similaires

コメント


bottom of page