top of page
BANNIÈRE standard.jpg

Noire n’est pas mon métier, le livre manifeste

Dernière mise à jour : 13 mai 2023

La Rédaction

Photo : Thomas Laisné

 




« Heureusement que vous avez les traits fins », « vous parlez Africain ? », « trop noire pour [jouer] une métisse », « pas assez africaine pour une Africaine »…



Noire n’est pas mon métier, c’est le titre d’un livre manifeste, paru le 3 mai 2018, dans lequel 16 actrices noires – et métisses – mettent en lumière le double plafond de verre, du racisme et du sexisme auquel elles sont – et ont été – confrontées. Une prise de parole choc, un pavé dans la mare, au nom des hommes et des femmes qui ne l’ont pas… Un camaïeu de noir, une variété d’âges, une diversité d’expérience, comme une envie de témoigner et tendre un miroir embarrassant à la France.




Ce livre veut provoquer un débat dans la société française pour permettre une plus grande diversité et représentativité dans l’industrie du cinéma, du théâtre et de la télévision. Toutes y racontent des anecdotes, des scènes qu’elles ont vécues, des remarques et plaisanteries qu’elles ont dû subir. « On n’est pas dans une accusation stérile, on est là plutôt pour dénoncer un système, un état de fait qui perdure depuis trop longtemps », confiait Aïssa Maïga, à l’initiative de ce livre manifeste, au micro de France Inter. Elle raconte d’ailleurs ce jour-là une situation personnelle qu’elle évoque dans le livre : « J’ai joué dans une comédie romantique et c’est la seule de tous les temps sur (l’affiche) laquelle il y a uniquement le personnage masculin. Ce n’est pas juste, ce n’est pas normal, ce n’est pas le film ».





Quinze actrices ont donc suivi Aïssa Maïga dans son combat : Nadège Beausson-Diagne, Mata Gabin, Maïmouna Gueye, Eye Haïdara, Rachel Khan, Sara Martins, Marie-Philomène NGA, Sabine Pakora, Firmine Richard, Sonia Rolland, Magaajyia Silberfeld, Shirley Souagnon, Assa Sylla, Karidja Touré et France Zobda. Toutes ont été confrontées aux stéréotypes et aux clichés racistes dans leur carrière. À titre d’exemple, Le Monde cite quelques-unes des remarques entendues par ces personnalités : « Heureusement que vous avez les traits fins », « vous parlez Africain ? », « trop noire pour [jouer] une métisse », « pas assez africaine pour une Africaine »… Le livre évoque de la manière la plus directe, le quotidien de ces artistes, confrontées aux carcans du cinéma français, et de la société au sens large.




Ce livre est, purement et simplement, un constat alarmant de certaines pratiques dans les milieux artistiques notamment lors de castings où certaines de ces actrices sont reléguées dans les rôles de « Noires de service » sans oublier l’accent exagéré et stéréotypé qui va avec…

Posts similaires

bottom of page