top of page

Yohan Marié | 4Drive

Dernière mise à jour : 13 mai 2023


Propos recueillis par Ken Joseph

Photos : Éric Corbel

 



Débit, vitesse, fiabilité, transformation digitale, Cloud sont autant de facettes pour lesquelles la fibre optique s'impose comme l'un des principaux leviers de développement des entreprises. Toutefois, la vitesse sans maîtrise ne serait pas efficace. Ainsi, Canal+ Business, l'opérateur du Très Haut Débit pour les entreprises des DOM, dispose d'un ensemble de services très haut débit adapté aux besoins de chaque entreprise. Dans l'article qui suit, il s'agit justement de fibre optique et de vitesse pour cette jeune entreprise de " serious gaming ".




On dit souvent que ceux qui portent un projet novateur ne sont pas assez aidés par leurs entourages...


Au moment où nous avons pris la décision de fonder 4Drive, je peux dire que tous les voyants étaient au vert vis-à-vis de nos proches. Nous n’avons pas pris cette décision sur un coup de tête, en annonçant à tous, du jour au lendemain, que nous allions créer notre entreprise. Non, il y a eu tout d’abord beaucoup de discussions, d’échanges entre nous, afin d’analyser et de poser le projet dans son ensemble. Et plus nous écumions les réunions, plus nous nous sentions sur la bonne voie avec l’envie de plus en plus prégnante de nous lancer. Lorsque nous avons présenté notre projet à nos proches, nous avons obtenu assez facilement leur adhésion : ils ont constaté que ce projet était mûrement réfléchi dans sa globalité. Ils ne sont pas, c’est vrai, tous fans de sport automobiles, mais ils ont adhéré au projet, à l'idée d’apporter quelque chose de nouveau et d’innovant aux Antilles. Le fait de s’associer était quelque peu le passage obligé pour nous au vu du coût de l’opération et ils en étaient bien conscients. De ce fait, ils nous ont bien évidemment guidés et conseillés vis-à-vis de notre organisation future. C’est pour cela que je dis que tous les voyants étaient au vert.



4Drive se présente comme un projet, à la fois, attractif, ludique et innovant pour le bassin caribéen. Comment vous est venue cette idée ?


Nous sommes quatre potes qui avons grandi avec le sport automobile, à des degrés différents, dans notre entourage (des oncles pilotes et/ou une certaine passion pour le sport automobile). Initialement, nous avions pour projet d’ouvrir une société de karting, car à la suite de la fermeture du karting de Jarry, il n’y avait plus aucune infrastructure où les amateurs de sport auto pouvaient se défouler à moindre coût. Mais le coût d’exploitation de l’opération nous a quelque peu refroidi. Nous avons donc réfléchi aux alternatives existant dans le sport automobile et c’est ainsi que nous avons opté pour le simulateur de pilotage. Et afin qu’il ne soit pas considéré comme un jeu vidéo amélioré, il était nécessaire de s’équiper d’une machine de pointe, reconnue et validée par les professionnels dans le domaine. C’est pour cela que notre choix s’est porté sur le simulateur Ellip6. Leader mondial dans ce domaine, Ellip6 a collaboré avec des champions du monde que l’on ne présente plus, pour le développement de leur produit (Sébastien Loeb, Yvan Muller, etc.). Après un peu plus d’un an d’études et de recherches, nous avons importé en Guadeloupe le simulateur Ellip6 Lite. Cet outil de pilotage professionnel permet de mettre le sport automobile à la portée de tous et en toute sécurité. Il peut en effet simuler plusieurs catégories de véhicules, tourisme, GT, Rallye, et même la F1.



Mais, un tel projet demande des moyens d’investissement conséquents, comment avez-vous financé ce dernier ?


Au vu de l’engouement et des sondages que nous avons effectués lors de notre étude de projet, il était nécessaire pour nous de nous positionner rapidement sur le marché. Ainsi, nous avons décidé d’investir en fonds propres avec un accompagnement de la BNP Paribas. Nous avons l’objectif de faire venir d’autres simulateurs à court et moyen terme, en utilisant cette fois les différents leviers que les acteurs économiques locaux et européens peuvent mettre en place.


En nous implantant sur Jarry, nous avons consulté les différents opérateurs de la zone et c’est auprès de Canal+ Business que nous avons pu bénéficier du meilleur support actuel à savoir la fibre optique, et surtout au meilleur coût.


Il implique, aussi, un réseau d’exploitation irréprochable…


Notre simulateur à la possibilité de fonctionner avec d’autres simulateurs Ellip6 dans le monde, sous réserve d’avoir une connexion rapide, stable et fiable. En nous implantant sur Jarry, nous avons consulté les différents opérateurs de la zone et c’est auprès de Canal+ Business que nous avons pu bénéficier du meilleur support actuel à savoir la fibre optique, et surtout au meilleur coût. Ainsi, grâce à notre CanalBox PRO, nous avons pu participer à notre premier challenge intercentre face à deux autres centres Ellip6, Lyon et Pierrelatte. Je tiens à préciser tout de même que nos pilotes locaux ont remporté ce challenge. D’autres compétitions de ce type sont à venir et nous avons l’ambition, grâce à notre connexion actuelle, d’héberger nos premières courses caribéennes.




Seriez-vous en mesure, aujourd’hui, de conseiller l’offre Canal + Business à un entrepreneur ayant les mêmes exigences de connectivité que vous ?


Nous avions étudié les différentes offres possibles, mais c’est bien cette offre commerciale qui s’est démarquée. Elle répond aujourd’hui parfaitement à nos attentes et nous permet d’atteindre les différents objectifs que nous nous sommes fixés à ce sujet. Alors, oui, nous sommes, en effet, en mesure de conseiller l’offre de Canal+ Business à un entrepreneur ayant nos exigences de connectivité à savoir la rapidité, la stabilité et la fiabilité de la connexion internet.


Être son propre boss demande plus qu’être salarié, on ne compte pas les heures, cela demande un investissement personnel plus important.

Une entreprise, encore plus à sa création, demande une pleine implication. Pourtant, vous et vos associés, vous avez fait le choix de conserver vos activités propres, est-ce là pour vous un filet de sécurité ?


Nous sommes de jeunes entrepreneurs, mais aussi de jeunes pères de famille, avec toutes les responsabilités que cela implique, c’est pour cela que nous avons fait le choix de ne pas quitter nos activités professionnelles. Par ailleurs, nous savions aussi que nous nous lancions sur un marché inédit aux Antilles, il était donc important de prendre la tendance de celui-ci et d’identifier l’aspect porteur du marché. Donc nous ne nous précipitons pas, nous y allons étape par étape, un pas après l’autre en vérifiant attentivement si la marche sur laquelle nous mettons le pied est suffisamment solide pour nous permettre d’avancer.




Ne pensez-vous pas qu’être entrepreneur demande une pleine prise de risque ou pensez-vous qu’il est préférable de les limiter ?


Pour ma part, créer sa société est déjà une prise de risque. Après, tout dépend, bien entendu, de la situation de l’entrepreneur. Il y a des personnes qui partent de rien, qui se lancent à fond dans l’entrepreneuriat et qui réussissent ; et en effet, il y en a d’autres qui font de même et qui pourtant n’ont pas cette chance. Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas à temps plein que nous devons considérer que le risque est moindre. Il y a effectivement des risques sauf que ceux-ci sont mesurés afin de limiter les incidences sur nos vies personnelles et familiales.



Du coup, comment sont définis vos rôles au sein de la structure ?


En fonction des études, mais également par rapport à l’activité professionnelle de chacun, nous avons conjointement défini nos postes. Nous avons chacun la chance d’avoir des parcours différents et c’est ce qui nous a permis de nous positionner professionnellement au sein de 4Drive.



Vouloir devenir son propre « boss », est-ce une raison suffisante pour entreprendre ?


La réponse la plus facile serait de répondre « oui », bien entendu, mais ce n’est pas tout. Entreprendre au sein d’une activité qui nous tient à cœur et dans laquelle nous pouvons nous épanouir est aussi une raison pour devenir son propre patron, mais il ne faut pas oublier une chose : être son propre boss demande plus qu’être salarié, on ne compte pas les heures, cela demande un investissement personnel plus important. Il ne faut pas négliger tous ces aspects et rester peut-être focalisé sur le fait de ne plus avoir de patron à qui rendre des comptes : c’est justement en devenant patron que l’on se rend compte de la difficulté du poste de BOSS.




Les erreurs font partie intégrante de toute aventure entrepreneuriale. En avez-vous fait ? Et quel a été le plus difficile pour vous dans votre parcours d’entrepreneur ?


Notre société est toute jeune, elle a un peu plus de deux ans maintenant, donc je ne peux pas dire que nous ayons fait des erreurs majeures pouvant mettre à mal notre activité pour le moment ! Mais si je devais citer une erreur, je dirais que nous avons péché sur la communication, mais c’est un spot sur lequel nous nous rattrapons par le biais de formations en communication. Notamment la communication digitale, qui est devenue le moyen de communication par excellence avec l’émergence des réseaux sociaux.





Avec le recul qui est le vôtre et en raison de votre expérience, pensez-vous qu’il est important de se former pour entreprendre ?


Bien sûr, il est important de se former pour entreprendre, c’est un moyen sûr de connaître tous les rouages de l’entrepreneuriat. Un de nos associés avait suivi une formation en création d’entreprise, mais nous avons surtout eu la chance d’être accompagnés par des spécialistes dans leurs domaines respectifs. Nous sommes une jeune équipe et une formation plus complète de notre troupe n’est pas exclue. Il n’est jamais trop tard pour apprendre.



Pour beaucoup d’entrepreneurs qui recherchent à s’associer, la question du statut juridique est souvent problématique. Quel est le statut de votre structure et quels sont ses avantages et ses inconvénients ?


Nous avons opté pour une Société par Actions Simplifiée (SAS) qui a l’avantage notamment d’être souple dans son fonctionnement. Cette forme juridique répond à notre organisation de départ ainsi qu'aux objectifs fixés à moyen terme. À ce stade, nous n’avons pas rencontré d’inconvénient majeur concernant cette question.



Comment envisagez-vous le développement de votre structure ?


Malgré tout le chemin parcouru, nous sommes toujours au début de l’aventure et nous avons encore beaucoup de nouveaux projets à court et moyen terme. N’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux, car le meilleur est à venir.

Posts similaires

Comentários


bottom of page