S'ABONNER
NOUS CONTACTER

© 2016 by Incubateur FWI

"Je suis noire, d’origine antillaise et je suis ronde. Et alors ? Est-ce que tout cela veut dire que je suis bête ou incapable ? Non, car en plus de cela, je suis aussi polie, déterminée, motivée et intelligente. Et ce sont ces clés-là qui ouvrent les portes."

Dans une interview accordée à The beauty league by Puretrend, vous dites : « Je ne fais pas du 36 », « Je suis une fille noire, mais c’est possible » … Au final, n’avez-vous pas le sentiment que certaines images véhiculent des stéréotypes qui très souvent contribuent à renforcer des croyances et à diminuer l’estime de soi ?

En effet, ces stéréotypes sont bel et bien présents, mais les choses tendent à bouger aujourd’hui. Et cela, même si on a encore beaucoup d’images qui reprennent toujours les mêmes codes pour représenter tels ou tels symboles. Et je dirais, que de façons inconscientes qu’on s’est so...

Sens du savoir-faire affûté, il se décline comme un artisan à part entière au célèbre prénom céleste, enchanteur et sulfureux, qui sait ce qu’il veut, fuit les étiquettes et cache bien son jeu d’homme d’affaires aguerri. Il n’y a jamais eu de doute avec Gabriel, tout était clair... 

‘‘Ma plus grande fierté, aujourd’hui, c’est d’avoir réussi en Guadeloupe et je me dis que si j’ai réussi en Guadeloupe, je peux réussir partout. Pour ce qui est de la notion de l’échec, je l’ai complètement banni de mon vocabulaire, parce que je me dis que si l’on investit autant, ce n’est pas pour échouer donc l’on doit de se donner tous les moyens pour éviter cela, l’échec.’’ 

LA TRANSMISSION. C’est au côté de ma grand-mère que j’ai pris goût à la pâtisserie. Un héritage qui m’a été transmis, petit, lorsque je l’aidais à la préparation de tourments d’amour et de gâteaux à la co...

À part, libre, engagée et non conformiste, son talent brut et sa personnalité singulière dévorent le monde entrepreneurial avant qu’il ne la happe. Et s’impose aujourd’hui comme la référence du cheveu naturel. Son enthousiasme et sa fraîcheur font plaisir à voir tant son urgence d’entreprendre, d’être libre est contagieuse. Et derrière une légèreté souriante, une volonté de fer et une force de caractère sans lesquelles rien ne serait sans doute arrivé, Johana Morvan ne s’est jamais sentie aussi libre qu’aujourd’hui, en tant qu’entrepreneure...

‘‘Les femmes veulent s’accomplir tout en exerçant un métier qu’elles aiment ! Ne plus sentir ce poids de se réveiller tous les matins et d’aller travailler à contre cœur. Il est révolu le temps où l’on se contentait d’un CDI !’’

Dans une interview accordée à la rédaction du magazine Focus lemag en décembre 2015, vous d...

Dr HENRY JOSEPH... ‘‘Beaucoup de gens me disent pourquoi tu ne fais pas dans la politique ? Je leur réponds, prenez un dictionnaire, vous aurez la réponse. Or, le mot politique vient du grec «  polis »  qui signifie « cité  » et «  ikos  » suffixe qui signifie « propre à cette chose ». Ce mot politique, d'après son étymologie, signifie « qui concerne le citoyen ». Alors estimez-vous que : «  ce que je fais ne concerne pas le citoyen guadeloupéen  »? Si cela concerne le citoyen, laissez-moi faire au moins la définition de ce mot, cela me convient parfaitement’’. On ne le présente plus, mais tout y est dit...

"Déjà, je suis entré très tard à l’école primaire de Trois-Rivières, à l’âge de sept ans où je ne savais ni lire ni écrire. Je me rappelle très bien de mon premier jour d’école, car jusqu’à sept...

S’il y avait un entrepreneur à qui l’on devrait décerner le prix de l’audace et de l’entreprise de l’année, se serait-elle. Et à vrai dire, elle en serait surprise, « Pourquoi moi ? ». Pourtant, c’est bien elle qui inspire, aujourd’hui, toute une génération d’entrepreneur.e. Un parcours, un récit de vie animé d’audace, de courage, de résilience et osons le dire d’exemplarité. À la tête d’une entreprise florissante, Fabienne Youyoute inspire. Et il était important, voir comme une évidence, qu’elle y soit, dans ce numéro, puisqu’il s’agit de célébrer et de définir la réussite. Et quand bien même, vous pourrez lui dire, là aussi, qu’elle est ce symbole de réussite, elle en perdra toute notion et préférera répondre, qu’elle a simplement trouver sa place. Mais pour nous, c’est elle. Oui, elle. La femme, incroyablement femme. Cette femme phénoménale que poétise...

Elles sont intelligentes, compétentes, sûres de leur choix et bataillent pour conquérir le monde. Un monde entrepreneurial semé d’embûches où les concurrents fourbissent leurs armes. Mais c’est souvent face à la société, aux préjugés que cette ascension fait le plus de vague. Oui, les préjugés ont la vie dure. La femme serait reine de l’émotionnel et du relationnel, alors que l’homme se situerait du côté du rationnel et de la performance. La sexualisation des attentes est partout palpable - y compris lorsque l’on vante le progrès des femmes dans l’entreprise. Malheureusement, ces images puissantes continuent d’enfermer les femmes dans des rôles de soutien plutôt que de production, fabriquant des murs de verre très épais qui limitent la mobilité horizontale des femmes d’un secteur à l’autre. Ces murs sont définitivement les plus grands responsables de la so...

Ils s’appellent Johan, Yannick ou encore Lionel... Et ils ont osé se lancer dans l’entrepreneuriat avec ou sans succès. Puis ont tout recommencé à zéro pour retrouver l’adrénaline des débuts. L’essentiel, quand tout reste à construire à partir d’une simple idée, de rien. Rencontre de ces sérial entrepreneurs, addicts qui par force de persévérance ont décidé de ne rien lâcher afin de se réaliser et donner forme à leurs idées...

Son parcours. Après le bac et l’obtention d’un BTS en commerce international, je me suis installé en métropole, j’y ai vécu dix ans. J’ai continué mes études en obtenant une licence et un master en commerce international puis en marketing digital. J’ai eu la chance de travailler dans de nombreuses multinationales. Ce qui m’a permis de toucher de près à un univers et un niveau d’exigence que l’on ignore bien souvent quand on est insula...

Ils s’appellent Johan, Yannick ou encore Lionel... Et ils ont osé se lancer dans l’entrepreneuriat avec ou sans succès. Puis ont tout recommencé à zéro pour retrouver l’adrénaline des débuts. L’essentiel, quand tout reste à construire à partir d’une simple idée, de rien. Rencontre de ces sérial entrepreneurs, addicts qui par force de persévérance ont décidé de ne rien lâcher afin de se réaliser et donner forme à leurs idées...

Ses débuts. Depuis petit, j’ai été baigné dans les activités de commerce. Quand j’étais avec mon grand-père, j’allais vendre des bananes et avec ma mère des sorbets, cacahuètes grillées et gâteau. La première entreprise que j’ai créée était un bar à pâtes, un restaurant rapide, en 2009. Mais cela s’est très mal terminé à cause d’un manque de maturité certain. Pourtant, c’était une affaire qui marchait très bien, mais j’avais 23 ans. Q...

Ils s’appellent Johan, Yannick ou encore Lionel... Et ils ont osé se lancer dans l’entrepreneuriat avec ou sans succès. Puis ont tout recommencé à zéro pour retrouver l’adrénaline des débuts. L’essentiel, quand tout reste à construire à partir d’une simple idée, de rien. Rencontre de ces sérial entrepreneurs, addicts qui par force de persévérance ont décidé de ne rien lâcher afin de se réaliser et donner forme à leurs idées...

S’il fallait remonter à l’origine de votre aventure entrepreneuriale ?

À la fin du collège quand est venu le moment de faire un choix pour mon orientation scolaire, j’ai écouté ma famille, qui m’a conseillé de suivre un cursus technologique dans un lycée. Selon eux, ce choix semblait être une évidence, mais à aucun moment ils ont tenu compte de mes envies et de mes attentes. Mais naturellement, j’ai suivi leur choix de cursus, un choix...

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ». C’est sûrement avec cette philosophie, propre à l’écrivain Mark Twain, qu’Alicia Hadjard et Yannick Jotham se sont lancé dans cette folle aventure entrepreneuriale. Une aventure qui non sans écueil qui a mis au jour une application innovante, tant par le concept et la recherche d’investissement. Elle s’appelle Carter. Son principe ? Leur vision du monde entrepreneuriale ? Leurs attentes ? Le numérique ? Ils en parlent… Rencontre avec ces nouveaux gourous du numérique made in Guadeloupe.

Beaucoup de jeunes entrepreneurs du numérique affirment qu’en France, tout devient difficile après les premières années. La France sait incuber, mais pas aider à grandir. Que pensez-vous de cela ? Et que dire de la Guadeloupe ?Alicia. Je pense que même ici, il faut savoir ce que l’on entend par i...

Please reload